.

.

CHEVALET D’OR 2016

Chevalet -Edition 2016

affiche-chevalet2016L’exposition d’arts plastiques organisée par la Ville de Cernay et l’Espace Grün fête en 2016 son 33e anniversaire.

59 peintres – 18 sculpteurs – 9 jeunes talents – 3 hors concours

Le Parrain : Fernand D'ONOFRIO - Peintre

Fernand d'Onofrio

Fernand d’ONOFRIO est né en 1963 à Guebwiller dans le Haut-Rhin dans une famille d’immigrés italiens. Il découvre le dessin et la musique en classe de primaire et remporte, à l’âge de 8 ans, le premier prix d’un concours organisé au sein de son école, une étape qui marquera le début de sa passion pour la peinture. :
Le petit Fernand commence alors à consacrer une grande partie de son temps libre à manier les couleurs.
En 1978, il présente pour la première fois son travail au public. Quatre ans plus tard, il expose au Grand Palais à Paris, puis à la galerie Centaure.
En 1984, la société d’assurance AGF l’invite à présenter ses œuvres à son siège lyonnais. D’Onofrio s’initie à un nouveau matériau de peinture, l’acrylique et ne cessera plus dès lors d’explorer toutes les possibilités de cette technique. Les expositions vont ensuite s’enchaîner. D’Onofrio intègre en 1989 un groupe d’artistes international situé sur la zone des trois frontières.
En 1991, il part aux USA où il restera huit ans. Il se confronte à la communauté artistique de Philadelphie, Chicago et New-York. Malgré ses nombreuses expositions, d’Onofrio rencontre une période de vaches maigres en 1993 où il peine à vivre de sa peinture. A force de travail acharné et de rencontres heureuses, il rebondit et réalise un an plus tard une gigantesque peinture murale pour la société World Paper à Chicago.
En 1996, il expose au Elmhurst Museum puis réalise une peinture qui rejoindra la mission spatiale  franco-russe Cassiopée via la spationaute française Claudie Haigneré.
Au début des années 2000, d’Onofrio réalise l’affiche du festival de film River Run à New York. En 2002 et 2003 la totalité des deux expositions présentées au salon d’art international de Madrid a été acquise par la société mexicaine Corona.
Il expose ensuite simultanément à New York, à la galerie Tama (Manhattan) et à la galerie Henry Gregg (Brooklyn).
Invité par la Villa des Arts de Rabat, Fernand d’Onofrio expose avec deux autres artistes marocaines pour une manifestation intitulée « Chorégraphie solaire ». Il est ensuite invité par les organisateurs du festival de film de Dubaï pour réaliser une performance exécutée sur un très grand format.
En 2009 et 2010, il expose successivement à Casablanca, puis à Brooklyn, en Tunisie et enfin à Annecy.
En 2011, il est désigné peintre officiel pour la candidature d’Annecy aux jeux olympiques d’hiver.

ono-5

ono-4

ono-3

ono-2

ono-1

L’artiste et son œuvre
Autodidacte, Fernand d’ONOFRIO a été marqué par des peintres comme Dali, Francis Bacon et Anselm Kiefer. De ces trois artistes aux techniques artistiques opposées, il façonne son univers.
Par un travail acharné, l’artiste n’a de cesse d’affirmer sa place dans la sphère artistique mais aussi de revendiquer sa vision du monde qui l’entoure et des thèmes qui le préoccupent. Obnubilé par la symbolique du cercle, mais aussi du maillage comme une traversée vers  l’infiniment petit, Fernand d’Onofrio tisse un univers onirique constitué de molécules et de particules.
Les œuvres de Fernand d’ONOFRIO surprennent et interpellent par leur expression extrêmement sensuelle et violente à la fois. Ses toiles donnent une impression de profondeur, d’un relief mouvant et agité. Ses dernières peintures donnent envie de les toucher, de les palper mais aussi de plonger derrière leur surface pour se perdre dans un nouvel espace qu’on imagine enivrant.
Fernand d’ONOFRIO aime partager son amour de la peinture. Dans son premier atelier à Guebwiller, il a organisé des débats sur l’art et sa nécessité sociale. Il a exposé ses œuvres au centre hospitalier de Rouffach dans le cadre de l’opération « Culture à l’hôpital ». En 2004, il est allé à la rencontre de lycéens pour un travail collaboratif autour du livre et présidera, par la même, le jury littéraire « Délire de lire ». Il évoque ce qu’est la création pour un artiste et répond à leurs nombreuses questions.
Fernand d’Onofrio retrace son parcours et l’évolution de sa peinture entre 1978 et 2000 dans un livre qu’il intitule « Perioste ».
Aujourd’hui d’ONOFRIO s’engage dans une dynamique tout autre mais ne tourne, pour autant, pas le dos à son passé artistique picturale bien au contraire ! Fidèle au besoin infatigable de toujours remettre en question ses expériences techniques acquises, d’ONOFRIO nous étonne encore et encore. « Pour exprimer mes intentions sur le plan artistique, il me faut élaborer d’autres techniques ». Fernand d’ONOFRIO est passé à la photographie et au numérique qu’il associe à la peinture. « S’adapter aux outils de notre temps me semble intéressant. J’aurais pu peindre mes portraits d’enfants mais l’outil photographique et numérique donnent aux portraits une autre dimension. Les outils numériques permettent une surveillance de nous tous quasi planétaire mais pas seulement, ce même outil permet aussi de réaliser des œuvres d’arts et je trouve cela bien plus noble ». En disant cela Fernand d’ONOFRIO s’impose sans détour.
Il faut voir les portraits d’enfants de la série « Les héritiers » pour appréhender la teneur du message. Tout se passe dans les regards de ces enfants que nous ne pouvons détourner.
L’observation de ses portraits est nécessaire pour en saisir toute leur subtilité. Le face à face en vaut le détour.

Accès au site Web

L'Invité d'Honneur : Didier CLAD

Didier Clad

Didier Clad est à la fois peintre, graveur, taille doucier et créateur de livres d’artistes.
Si l’on devait de toutes ces activités, dans lesquelles sa réputation n’est plus à établir, extraire une donnée commune, ce serait probablement, ainsi qu’il le dit lui-même, la production d’images.
Il s’ouvre aux nouvelles technologies et utilise aussi bien l’informatique et le dessin assisté par ordinateur ou la manipulation d’images que les anciennes techniques de gravure et d’impression, soucieux également de préserver le savoir-faire en l’enrichissant et aux sources et aux courants les plus modernes. Il se définit comme un vigneron sélectionnant ses crus et les assemblant pour créer et élever son vin, refusant de s’engager dans une démarche de type coopérative. A ses yeux, la liberté, c’est avant tout celle de présenter ses œuvres dans de bonnes conditions.
Pour cette exposition Didier Clad présente un court métrage,  » Never maybe « , réalisé par David Ferrari, un ancien élève en options arts-plastiques au Lycée Scheurer Kestner de Thann, actuellement réalisateur …
« Never maybe  » est né d’une urgence: celle de créer de nouvelles œuvres pour cette  exposition personnelle. Cette œuvre filmée concentre plusieurs thèmes plastiques qu’il explore depuis quelques temps : le sanglier, plus largement le bestiaire ainsi que la silhouette humaine. La cabane est le support de son travail. Le bois de cette cabane est dessiné, peint, gravé, brûlé… de ces techniques naissent des images, des photographies en tirages limités pour les collectionneurs.
Pour chaque photographie, trente exemplaires numérotés et signés par lui-même.

clad-1

clad-2

Accès au site Web

L'édito

33e Chevalet d’or … 33 ans que L’Art est à l’honneur à Cernay … 16 ans avec le Grün … 33 ans que Cernay célèbre l’Art Libre …. Parce que l’Art ne peut qu’être libre, l’artiste est avant tout un Homme, une Femme libre, libre de ses choix, libre de son expression, libre de ces rêves.
L’artiste propose, suggère, invite, offre, il n’impose jamais … personne n’est obligé d’aimer, ou de ne pas aimer, personne n’est obligé de regarder, d’écouter, de lire, la liberté est aussi du côté du spectateur.
L’art c’est la rencontre entre deux libertés qui s’observent, s’apprivoisent, se rapprochent, se soutiennent, se combattent. Mais deux libertés qui se respectent.
Personne ne peut s’arroger le droit d’interdire, de choisir qui a le droit et qui ne l’a pas … il n’y pas d’Art dégénéré, il n’y a que des regards dégénérés, pas d’Art Officiel, synonyme de propagande, il n’y a que l’Art Libre …
Chacun de nous doit défendre l’Art, l’Art est la représentation des pensées, des espoirs, des rêves, des craintes, des peurs, des tendresses de l’Homme. Museler l’Art c’est museler l’Homme. Les événements de 2015 nous montrent une fois de plus que notre combat doit être celui de tous. L’Art dans sa présence silencieuse fait souvent plus de bruits que des armes, c’est sans doute pour cela que de tout temps il est le premier à être combattu, et interdit par les dictatures et tous ceux qui ont peur qu’il ouvre les yeux et l’esprit du peuple.
Vive l’Art, vive la Liberté et bon Chevalet d’or 2016 !

Dominique DANTEDominique Dante
Directeur

Anita BURGERAnita Burger
Adjointe aux affaires Culturelles

Les Prix

Les prix décernés

Prix Prestige de la Ville de Cernay – 1 500 €
Grand Prix de l’Espace Grün – 1 000 €
Prix du Crédit Mutuel de Cernay – 1 000 €
Prix Cernay Environnement – 1 000 €
Prix du Crédit Agricole – 300 €
Prix Messmer – 150 €
Prix Ambiances et Styles – 150 €
Prix de la Fédération des Associations Cernéennes – 150 €

Jeunes Talents

Prix du Député-Maire – 300 €
Prix des Adjoints – 150 €
Prix Lions Club – 150 €

Les Lauréats

4-DSC_3099

Prix Prestige de la Ville de Cernay (1500€) : CONTAMAIN Gérald – Au moderne
Grand Prix de l’Espace Grün (1000€) : ICHER Philippe – Tiji
Prix du Crédit Mutuel (1000€) : MUGNIER Sabine – Le cours des étoiles en dépendent
Prix Cernay Environnement (1000€) : ANTIGUEDAD Antoinette – Sidéré

Prix du Crédit Agricole (300€) : OBERLE Annie – Sans titre
Prix Messmer  (150€) : MENEGOZ Mireille – Sans titre
Prix Ambiance et Styles (150€) :  TIENDREBEOGO Innocent – Femme Callipyge
Prix FAC (150€) : LEYENBERGER Jean-Luc – Série « Reflet et nuage »

Mention particulière : MIQUEL Christian – Esprit vodou
Mention particulière : ANDRESZ Nelly – Composition abstraite
Mention particulière : HARTWEG Albert – Trésors cachés

Prix de Monsieur le Député Maire et ses Adjoints (300€) : FEUILLOY Cyril – Les oignons
Prix de Monsieur le Député Maire et ses Adjoints (150€) :    LOMBARDI Chiara – Nature
Prix Jeune Talent Lions Club (150€) : ICART Eloïse – Violet en fête


 

CONTAMAIN Gérald - Au moderne

 ICHER Philippe - Tiji

MUGNIER Sabine - Le cours des étoiles en dépendent

ANTIGUEDAD Antoinette - Sidéré

OBERLE Annie - Sans titre

MENEGOZ Mireille - Sans titre

TIENDREBEOGO Innocent - Femme Callipyge

LEYENBERGER Jean-Luc - Série "Reflet et nuage"

MIQUEL Christian - Esprit vodou

ANDRESZ Nelly - Composition abstraite

HARTWEG Albert - Trésors cachés

FEUILLOY Cyril - Les oignons

LOMBARDI Chiara - Nature

ICART Eloïse - Violet en fête

Autour de l'exposition

Film-conférence

Lundi 18 janvier à 20h30 – Tarifs cinéma
Film-conférence avec Francis Stoffel
MAIS QUI ETES-VOUS MONSIEUR COURBET ?, Isabelle BRUNNARIUS

courbet

À partir de documents d’archives, psychanalystes et médecins donnent un éclairage nouveau sur Gustave Courbet, peintre du XIXe siècle. Des travaux pluridisciplinaires précieux pour les historiens d’art qui renouvellent leur regard sur l’œuvre du maître d’Ornans.
Rêveur et terrien, égocentrique et utopiste, engagé et bohème… Gustave Courbet est tout cela à la fois. Un artiste peintre français du XIXe siècle pétri de contradictions.
Mieux cerner l’être humain pour mieux comprendre la peinture de cet artiste précurseur de l’art moderne, c’est tout l’enjeu de ce documentaire tourné à Paris, à Ornans, sa terre natale et en Suisse, pays d’exil de Courbet.
À partir de documents d’archives, psychanalystes et médecins donnent un éclairage nouveau sur le peintre. Un hydrogéologue spécialiste de la vallée de la Loue et de Courbet nous offre également son expertise.

Rencontre et échange

Rencontre et échange sur l’enfance
Mardi 19 janvier à 19h – Entrée libre
Une rencontre, un débat, des idées.
L’enfant est un optimiste qui observe la scène d’un monde tel que nous l’organisons.  Mon souhait, pour cet événement, repose sur l’échange et non sur une idée de conférence. Partager et transmettre sont l’intérêt de cette rencontre. Une image peut se contempler seul mais à plusieurs elle devient une source d’informations, d’échanges et d’émotions. Personne ne naît démuni de sens mais beaucoup ne s’en souviennent pas. Les potentiels, à notre disposition dès notre plus jeune enfance, sont présents partout en nous et autour de nous. Le pouvoir de l’intention, lorsqu’il se libère, fait naître de belles perspectives.

Visite Nocturne

Jeudi 21 janvier à 20h30
Lorsque la nuit tombe, certaines œuvres arborent une beauté, une signification, invisible à la lumière du jour. Un tout autre sens. L’obscurité illumine les choses à sa façon.
Afin d’avoir un autre regard sur le Chevalet d’Or, l’Espace Grün vous propose une nouvelle approche, une nouvelle façon de visiter l’exposition.
L’Espace Grün sera plongé dans le noir pour l’occasion, venez muni de votre propre lampe torche à la découverte d’un nouvel univers.

A la découverte de la sérigraphie

Samedi 23 janvier à 10h – Inscription obligatoire
Partez à la découverte de la sérigraphie avec Didier Clad. Nous vous proposons un atelier de 2h pour comprendre la complexité de cet art. Très jeune, il a été fasciné par les gravures et peintures de Martin Schongauer.
Titulaire d’un Capes d’arts-plastiques, il a créé à côté de sa maison un atelier professionnel d’édition et d’impression en taille-douce.

Les Infos Pratiques

Ouverture au public :
Samedi 16 janvier de 14h à 18h
Dimanche 17 janvier de 10h à 18h
Mercredi 20 janvier de 14h à 18h
Samedi 23 janvier de 10h à 18h
Dimanche 24 janvier de 10h à 18h

… et aux scolaires les 18, 19, 20, 21 et 22 janvier avec des ateliers animés par des artistes exposant au Chevalet d’Or
et des visites sous forme de jeux de piste pour une approche plus ludique.

Tarifs – Plein 3 €
Réduit 2.50 €

Informations complémentaires au 03 89 75 74 88

Les Archives

chevaletsArchives du Chevalet d’Or de 2008 à 2015